FAITS DIVERS : Les époux BAC

FAITS DIVERS : Les époux BAC

Aujourd’hui nous allons évoquer l’affaire exceptionnelle des époux Bac qui au-delà des effets immédiats sur les protagonistes Ginette et Claude Bac, aura des répercussions sur la vie de toutes les femmes et des familles en général . Eh oui car le fait divers en apparence anodin dont nous allons vous parler aujourd’hui a conduit à la légalisation de la contraception en France.

Pour comprendre ce curieux cheminement, il faut s’intéresser à ce qui s’est passé chez les Bac, une famille tout ce qu’il y a de plus ordinaire, tout ce qu’il y a de plus banal en ce début des années 50.. A l’heure du baby-boom !

Ginette et Claude se rencontrent juste après la guerre à Saint Ouen, ce qu’on appelait à l’époque la banlieue rouge de Paris, une banlieue ouvrière et communiste. Ils n’ont pas 20 ans au moment de leur mariage en 1948, elle bonne à tout faire et lui ouvrier ajusteur travaillant à l’usine. Leur petit appartement dispose de l’eau courante et de toilettes intérieures. Ce sont deux jeunes gens qui s’aiment et qui se créent un petit nid modestement douillet rien que pour eux. Le premier bébé arrive très vite, un très beau bébé en bonne santé qu’ils nomment Christian. Ginette a accouché sans problèmes et semble heureuse de sa vie de futur maman. 

.

MEURTRE : L’affaire Boutolleau

MEURTRE : L’affaire Boutolleau

Les crimes passionnels font souvent la une des médias, leurs motifs, toujours les mêmes : jalousie, vieux ressentiment, appât du gain, trahison, violence domestique, alcoolisme …Devant ces histoires terribles , on s’interroge d’ailleurs toujours : quand un couple bat de l’aile, pourquoi n’envisage t-il pas tout simplement de divorcer ? Mais c’est en général beaucoup plus compliqué que l’on veuille le penser ! 

L’affaire Boutolleau dont nous allons vous parler aujourd’hui, fait partie de ce triste palmarès criminel. L’enquête pour en définir l’origine durera deux ans. 

.

ASSASSINÉS : Tanya et Jay

ASSASSINÉS : Tanya et Jay

Notre affaire d’aujourd’hui est une affaire inédite car pour sa résolution, la justice a fait appel a une nouvelle méthode qui crée le débat actuellement en Amérique.

Une chose etait sure , Jay Cook et sa petite amie du secondaire, Tanya Van Cuylenborg, étaient amoureux fous l’un de l’autre. En 1987, Jay a 20 ans et Tanya a 17 ans. Un beau petit couple fusionnel de jeunes gens bien sous tous rapports qui aiment la vie, les animaux et leurs familles respectives.

Jay est un gentil garçon, ses parents en sont très fiers et sa soeur Alice plus jeune est même en adoration devant son frère ainé. Il joue souvent avec elle et lui raconte des blagues, remplissant la maison de rire et de gaieté. Elle se souvient qu’elle n’a jamais hésité à partager son sandwich avec lui.

Tanya est une fille très couvée par son père mais curieusement avec son nouveau petit ami, il est très conciliant, il trouve que Jay est un garçon convenable et bon vivant et puis Tanya semble heureuse avec lui, c’est ce qui compte donc Jay est le bienvenu à la maison.

Jay et Tanya sont aussi très studieux, ils viennent de décrocher le diplôme secondaire et ils sont tous les deux très occupés par les préparatifs de la rentrée et par leurs nouvelles études universitaires.

Mais ce week-end-là est spécial, c’est l’anniversaire de leurs 6 mois ensemble, ils veulent absolument marquer le coup et décident de faire une escapade romantique qu’ils veulent remarquable…Normalement ils n’ont pas le temps de faire ce voyage mais ils le préparent quand même, un aller-retour et une nuit au camping pour dormir à la belle étoile. Ce sera génial.

.

MEURTRIER : Le tueur des vieilles dames

MEURTRIER : Le tueur des vieilles dames

 Mardi 21 Mars 1989, 13 heures, une ambulance escortée par des gendarmes s’engouffre dans l’enceinte de du CHU Bichat situé au nord de Paris en bordure du boulevard Ney. A son bord, allongé sur une civière, un homme âgé de 25 ans. Dans le coma depuis plusieurs jours, il a été transporté dans les locaux de réanimation des maladies infectieuses. On l’installe à la chambre numéro 1 situé au second étage. Par le hublot de la porte, on voit le jeune homme allongé dans le lit, inconscient. Il a le visage creusé, le teint blanc et quelques cheveux qui résistent encore au traitement. Dans cette chambre de quelques mètres carrés, seul le bruit de la machinerie qui l’aide à vivre se fait entendre. Auprès de lui deux infirmières et une aide soignante l’assistent, vérifient la perfusion et contrôlent la ventilation artificielle. Devant la porte, deux policiers gardent les lieux. Sur ce lit, une vie s’éteint doucement emportant ses secrets. Sur ce lit c’est Thierry Paulin.

L’histoire de Thierry Paulin commence 25 ans plutôt en 1963 en Martinique.

Enfant métis non désiré de Guy « Gaby » Paulin, maçon et de Rose-Hélène Larcher 16 ans, alors amants. Son père le reconnaît, mais part pour la métropole deux jours après sa naissance, laissant la mère se débrouiller avec le bébé. Paulin est élevé dès l’âge de dix-huit mois par sa grand-mère paternelle.

A dix ans, c’est son père qui l’accueille dans l’hexagone à Toulouse. Il aurait préféré faire coiffeur mais son père l’inscrit dans un collège technique ou il doit apprendre le métier d’électricien. A vingt ans, après ses classes, il fait ses armes et intègre le régiment des parachutistes. Métisse et homosexuel, il est tenu á l’ecart par ses camarades.Emprisonné pour un vol à l’étagère, il quitte la ville rose pour regagner Paris ou sa mère s’est installée désormais. A vingt et un ans, il découvre la capitale et ses nuits fauves, il en est fasciné. Grâce à une connaissance, il est embauché au « Paradis Latin » comme serveur, c’est là qu’il rencontre Jean Thierry. Ensemble, ils découvrent la nuit, la drogue, le sexe et l’alcool. Quelques semaines plus tard, ils sont renvoyés tous les deux à cause d’une dispute devant les clients.

.

EMPRISONNÉ : Benjamine Spencer

EMPRISONNÉ : Benjamine Spencer

Aujourd’hui nous allons vous raconter l’histoire de Benjamine Spencer . Benjamine Spencer est un Afro-américain de 54 ans qui a été arrêté en mars 1987 pour le vol et l’assassinat de Jeffrey Young, propriétaire d’une entreprise à Dallas. Il clame son innocence depuis le premier jour de son incarcération et c’est un cas emblématique du système judiciaire américain. Les accusés à tort aux Etats Unis doivent souvent attendre plusieurs dizaines d’années derrière les barreaux avant d’enfin obtenir justice. Est-ce aussi le cas de Benjamin Spencer ? Nous vous invitons aujourd’hui à découvrir l’histoire incroyable de Benjamine Spencer, derrière les barreaux depuis l’année 1987 pour un crime qu’il n’aurait ( peut être ) pas commis.

Le 22 mars 1987, Jeffrey Young âgé de 33 ans, se rend à son bureau un dimanche soir au lieu de se détendre avec sa femme et ses 3 enfants. Il doit se rendre à Taïwan au début de la semaine pour rencontrer un important client et tout doit être bien préparé. À 20h21, les caméras de sécurité montrent Young entrain d’ouvrir la porte de l’immeuble. Vingt-cinq minutes plus tard, il téléphone à Troy Johnson, un technicien informatique car il ne comprend pas pourquoi son ordinateur ne marche pas. Troy l’informe que l’ordinateur est en maintenance. Un quart d’heure plus tard, Troy Johnson rappelle le bureau de Young, il laisse sonner longtemps mais il n’e reçoit aucune réponse. Il se dit que Jeffrey Young, fatigué d’attendre, est peut-être rentrer chez lui. Personne ne sait ce qui s’est vraiment passé dans les locaux ce soir après l’appel manqué de l’informaticien.

.

ASSASSINÉE : Alexia Daval

ASSASSINÉE : Alexia Daval

Le 28 octobre 2017 est un samedi d’automne paisible. Un Samedi comme tous les autres qui s’annonce dans la commune de Gray en Haute Saône. A mi-chemin entre Dijon et Besançon, Gray est une ville calme d’à peine 6 000 habitants réputée pour son architecture atypique et son musée d’histoire naturelle.

A midi et quart, un jeune homme pousse les grilles de la gendarmerie. Il a 33 ans et il s’appelle Jonathann Daval. Il habite dans la commune limitrophe de Gray la ville avec sa femme Alexia qui ce jour là, avait quitté leur pavillon 3 heures auparavant pour son jogging. Or elle n’est jamais rentrée.

.