EMPRISONNÉ : Le rappeur MHD

EMPRISONNÉ : Le rappeur MHD

Accusé par la justice française d’être impliqué dans une rixe entre bandes rivales à Paris, qui a coûté la vie à un jeune homme de 23 ans, le rappeur français MHD a depuis quelques mois été mis en examen pour homicide volontaire. Placé en détention provisoire depuis mi Janvier 2019, il ne cesse de clamer son innocence, niant toute implication dans ce meurtre, malgré les preuves qui l’accablent. Retour sur cette sordide affaire qui secoue le monde du rap français depuis prés d’un an. 

MHD avait un avenir tout tracé dans la chanson. La jeune star du rap français, connu pour ses sonorités bien africaines, a grandi à Paris, d’un père guinéen et d’une mère sénégalaise. Bercé par la musique durant son enfance, il se lance dans le rap dès l’âge de 18 ans. Mais c’est la publication sur Facebook d’un « freestyle », une improvisation de rap, en août 2015, qui le fait connaître du grand public. C’est le début de la gloire pour ce jeune livreur de pizza qui enchaîne les titres et voit sa popularité s’accroître de plus en plus. Fidèle à la culture africaine, il invente « l’Afrotrap », mélange de trap, de coupé-décalé et de rap français à la sauce africaine. Certifié double disque de platine en France pour son album « MHD » et disque d’or pour son second opus intitulé « 19 » qu’il a lancé en septembre 2018, MHD est au summum de sa carrière musicale. Pourtant, à la surprise générale, le chanteur annonce fin septembre 2018 vouloir mettre un terme à sa vie d’artiste, après la sortie de son deuxième album. Pourquoi une superstar au sommet des charts comme lui voudrait donc subitement mettre fin á sa carrière ? Le chanteur semble triste , lassé et affirme sur son compte snapchat : « Plus envie de rien, plus envie de musique, je pense bien arrêter après cet album. Cette vie n’est pas la mienne » . Pourtant les mois passent et contrairement á ce qu’il avait affirmé , MHD n’arrête pas du tout la musique, mieux il reprend les concerts et les showcases de plus belle et en Janvier 2019 , il s’apprête á entamer une grande tournée en France et en Belgique , la plus prestigieuse de sa carrière . MHD semble désormais de très bonne humeur et il croque la vie á pleine dents de nouveau lorsque tout á coup …patatra… le 15 Janvier 2019 se passe un événement terrible auquel aucun de ses fans ne s’attend . MHD est placé en garde á vue car il est soupçonné de meurtre.

Musique : 

Blue Sizzle – Madness Paranoia par Kevin MacLeod est distribué sous la licence Creative Commons Attribution (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/)Source : http://incompetech.com/music/royalty-free/index.html?isrc=USUAN1100385Artiste : __url_artiste__ .

EMPRISONNÉ : Le rappeur MHD

TUEUR EN SERIE : Charles Manson

L’horreur de certains faits divers et de crimes gratuits insoupçonnés, retentissent souvent dans les médias et mettent en scène des figures emblématiques de meurtriers et des tueurs en série. Des visages effrayants deviennent célèbres par leurs actes macabres et  restent dans nos mémoires car ils incarnent malgré eux une époque, un symbole ou une idéologie. Ainsi Charles Manson, en meurtrier commanditaire, est devenu une icône macabre celle qui a mis fin à l’innocence des sixties. L’histoire que nous allons vous raconter aujourd’hui a profondément changé les Etats – Unis. Avant les crimes de Charles Manson personne ne songeait que les hippies pouvaient représenter un danger. Au contraire tout le monde voyait en eux un phénomène pacifiste d’un nouveau genre qui allait modifier les codes de la société moderne.

Les hippies incarnent le Flower Power, le pouvoir des fleurs né pendant le Summer of Love en 1967. Le temps d’un été, ce mouvement contre culturel est né pacifiquement. Des milliers de jeunes Américains de cette époque débarquent dans les rues de San Francisco dans l’espoir d’un monde meilleur. Ils se mettent à rejeter les valeurs de la société formatée. C’est une jeunesse contestataire qui refuse la société de consommation, la guerre du Vietnam, l’oppression et la domination. Ils se mettent à offrir des fleurs aux passants, aux soldats et aux canons de fusil lors des manifestations. Ce mouvement idyllique de Peace and Love subjugue l’Amérique et le monde entier parce qu’il ne prône que la paix, les fleurs, la vie en communauté, le retour à la vie simple de la campagne, la musique et l’insouciance. Les hippies se veulent anti-violence et pensent aller vers un futur meilleur. Hélas cet élan utopique va se voir stopper net. En l’espace de deux nuits fatidiques, celles du 09 et du 10 Aout 1969, cette innocence va prendre fin, les hippies devenant subitement aux yeux du monde ,  brutalement dangereux. Tout cela à cause d’un seul homme , le terrible , le sanguinaire , l’ombrageux Charles Manson.

.

EMPRISONNÉ : Le rappeur MHD

TUEUR EN SERIE : John Wayne Gacy

Quand on voit un clown généralement, avec son nez rouge, ses grimaces et ses chaussures démesurés, on a juste envie de rire. Pourtant certaines personnes ne trouvent pas les clowns très drôles, bien au contraire, ils en ont même une peur bleue. Ces gens sont atteins de la coulrophobie et leur pire cauchemar serait de se retrouver enfermé avec un clown quelque part. On peut logiquement se poser la question sur l’origine d’une telle phobie mais si vous connaissez Gripsou, vous pourriez aisément la comprendre. Le clown dévoreur d’enfants aura marqué toute une génération avec ses grands yeux jaunes luisants et ses longs crocs acérés comme des lames de rasoir. Créé par Stephen King dans le roman CA, Gripsou est en fait une entité démoniaque qui a pris la forme d’un clown, tout simplement pour mieux appâter les enfants qui sont son mets favori. Si le clown qui habite les égouts et qui se nourrit de préadolescents n’est donc qu’un personnage de fiction, un autre clown tueur a réellement existé. Il s’appelle John Wayne Gacy, tueur en série auteur de 33 meurtres et c’est d’ailleurs son histoire qui a inspiré le romancier pour créer Gripsou. Aujourd’hui nous vous proposons de faire la connaissance de Gacy pour essayer de comprendre comment un homme apparemment respectable et sans histoires, s’est transformé en monstre sanguinaire en costume de clown. .
NON RESOLU : L’énigme des évadés d’Alcatraz !

NON RESOLU : L’énigme des évadés d’Alcatraz !

Les récits d’évasions carcérales ont toujours captivés les gens, par leur audace et leur ingéniosité. Les films ou les séries qui traitèrent du sujet ont d’ailleurs très bien été accueillis par le public, à l’instar du film les évadés avec Tim Robbins et Morgan Freeman ou la série culte Prison Break avec son emblématique héros Michel Scofield. Mais lorsqu’il s’agit d’une véritable évasion, l’adrénaline et le suspens qui en découle sont d’un tout autre niveau, car dans la vie réelle les gens n’ont pas droit à l’erreur. Qui plus est lorsque cette évasion se déroule dans la prison la mieux gardée sur Terre à son époque est que les évadés sont des gens qui n’ont plus rien à perdre, et qui préfèrent mille fois mourir que de croupir et tomber en décrépitude, lentement et inexorablement dans une cellule humide . Eh oui car si vous avez déjà vu Alcatraz, vous sauriez que la perspective de devoir y passer de longues décennies est infernale. Alors installez-vous bien confortablement, ramenez du pop corn et du soda, car aujourd’hui nous nous intéressons á l’évasion du siècle, et nous allons découvrir ensemble si l’énigme des évadés d’Alcatraz est enfin résolue ?…C’est parti !

Le complexe pénitentiaire d’Alcatraz est une prison construite sur une petite île de la baie de San Francisco, en Californie, dans l’Ouest des États-Unis. Elle est tour à tour Forteresse militaire, puis prison militaire et finalement une prison fédérale de haute sécurité de 1934 jusqu’à 1963. Durant cette période, la prison est un établissement modèle offrant un maximum de sécurité où l’on envoie croupir les malfrats les plus dangereux. Alcatraz accueille ainsi des prisonniers célèbres comme Al Capone, le boss de la pègre de Chicago ou encore le célèbre gangster « George Machine Gun ». L’administration pénitentiaire américaine ne faisait pas dans les demi-mesures et à Alcatraz, il y avait un gardien pour trois détenus et les prisonniers étaient appelés par un matricule et non leur nom, afin de les briser psychologiquement. Les conditions de détentions étaient donc très rudes sur l’ile car l’Etat américain souhaitait montrer au public qu’il était résolu à enrayer la hausse de la criminalité des années 1930 liés à la prohibition, qui avait augmenté de 1000% en 30 ans.  

Pour les locataires forcés de l’ile, la prison prenait donc des allures de forteresse inexpugnable, une sorte d’oubliettes des temps modernes où ils étaient condamnés à purger leurs peines. Les détenus qui y débarquaient savaient bien qu’il leur serait impossible de négocier le plus petit privilège et qu’en matière de sécurité, les fédéraux ne rigolaient pas. L’ile était naturellement inviolable, entourée par des courants marins très dangereux et l’eau très froide pouvait facilement occasionner des hypothermies mortelles pour les baigneurs inconscients. L’établissement pénitencier avait même poussé le vice jusqu’à imposer aux détenus des douches chaudes, un vrai luxe à l’époque, pour qu’ils aient du mal à s’acclimater à la température de l’eau de mer en cas d’évasion. Malgré tout cet appareil dissuasif, il y eut plusieurs tentatives d’évasions, et on estime qu’elles ont toutes échouées. La plupart des évadés seront ainsi rattrapés manu militari alors qu’ils se cachaient encore dans l’ile, tandis que d’autres se battront jusqu’au bout et finiront par tomber sous les balles des flics lâchés à leurs poursuite.  Ces tentatives d’évasions bien qu’infructueuses, ne manquaient certainement pas d’audace, mais face à une prison forteresse si bien gardée on ne pouvait pas espérer aller très loin. Pourtant, une évasion des plus rocambolesques à eue lieu, et elle a… .