Guy Georges, un nom sinistre, est resté longtemps dans les annales judiciaires françaises. 

Et pour cause ! Son parcours criminel commence dans les années 90 à Paris où pas moins de sept meurtres de jeunes femmes et d’agressions sexuelles vont être perpétrés dans un laps de temps rapproché. L’assassin agissait toujours vite et sauvagement avant de disparaitre dans la nuit. 

Ses victimes, Guy Georges les choisissaient jeunes, indépendantes, épanouies, souvent seules et rentrant tard chez elles. 

Si pendant le jour, il arrivait à se fondre sans difficulté dans la foule parisienne, De nuit, il se transformait en véritable prédateur, guettant ses victimes, s’introduisant dans les parkings souterrains pour mieux les isoler. 

« Le tueur de l’Est Parisien », « Le tueur des parkings » ou encore « La Bête de la Bastille », autant de surnoms sinistres qui lui seront attribués dans les médias par la suite.  

Grâce à l’enquête policière appuyée par les derniers progrès en matière d’ADN, Guy Georges sera enfin démasqué et arrêté par la police qui découvre, alors, son parcours chaotique, depuis ses premiers séjours dans les foyers de la DDASS d’Angers, jusqu’aux squats parisiens. 

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy