in

L’affaire « Omar m’a tué »

Cette affaire débute le dimanche 23 juin 1991 sur les hauteurs de Mougins en Alpes-Maritimes. Madame Ghislaine Marchal est chez elle, c’est la veuve fortunée de Jean-Pierre Marchal, propriétaire d’une célèbre entreprise d’équipements automobiles, elle partage son temps entre sa résidence principale, en Suisse, et sa belle maison, « La Chamade », qu’elle s’est fait construire. Ce matin-là avant midi et sortant tout juste de la douche,Ghislaine Marchal est au téléphone avec son amie Erika S. en bavardant, elles conviennentà ce que son amie vienne déjeuner à « La Chamade » le lendemain qui se trouve être le lundi. Madame Ghislaine Marchal se dit pressée, car elle doit se préparer pour aller déjeuner chez ses amis, M et Mme K. à 13h. Toutes deux raccrochent vers 11h50. C’est la dernière fois que l’on entende la voix de Madame Marchal…

Cependant, elle ne se rend pas à ce déjeuner d’anniversaire chez ses amis qui sont très étonnés de ne pas la voir arriver ; ils l’appellent plusieurs fois à partir de 13h30, mais en vain. Vers 18 h, Colette K se rend en voiture à « La Chamade ». Personne ne répond à ses coups de sonnette ni à un nouvel appel téléphonique, le soir. Où est-elle ? 

Qu’est-ce qu’elle fait ? Est-elle rentrée en urgence en Suisse ?


Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l’opt-out.

Albert Soleilland et l’affaire de la petite Marthe

Patrick Kearney , celui qui découpait ses victimes en morceaux !